Tlemcen | Petite Histoire

"Perle du Moghreb", "La Grenade Africaine",

 les titres les plus flatteurs n'ont pas manqué à cette ville remarquable par son histoire.

 Les poètes, depuis des siècles, l'on chantée :

"Le paradis de l'éternité, ô tlemcéniens, ne se trouve que dans votre patrie et s'il m'était donné de choisir, je n'en voudrais d'autre que Tlemcen" (Ibn Khefadja de Cordoue).

Riche d'un passé sous les Romains, les Arabes et les Turcs, elle fut capitale intellectuelle, religieuse, carrefour entre l'Orient et l'Europe.

 Elle eut pour nom Pomaria (les vergers) Agadir (le rempart) Tagrart (le camp) avant d'être Tlemcen (les sources).

Mais parlons de son histoire à l'époque de l'arrivée des français en Algérie.

 Turcs et Coulouglis se combattent quand Abd el Kader s'empare de la ville en 1833.

 Une colonne expéditionnaire française entre à Tlemcen en 1836, mais un mois plus tard CAVAIGNAC et 500 hommes sont assiégés dans le Méchouar jusqu'au Traité de Tafna.

 Il faudra attendre 1842 pour que BUGEAUD y installe pour plus d'un siècle la présence française

Les militaires administrent cette ville, devenue subdivision, avec, à sa tête, des généraux célèbres comme CAVAIGNAC, MACMAHON et CHANZY

Puis les civils prennent le relais. Le 17 Juin 1854 un décret impérial érige Tlemcen en commune de plein exercice. La ville européenne va s'organiser grâce au géomètre DEVRET, non pas à l'écart de la ville maure, mais en son cœur, favorisant ainsi les relations entre indigènes, israélites et chrétiens

Les religions du livre occupent en effet une grande place dans l'histoire de la ville.

 Dès 1855 on construit la belle et grande Eglise Saint-Michel sur un terrain vague, à l'intérieur des remparts, et on verra s'élever plus tard, à proximité, le Palais de Justice, le Temple Protestant, la Poste, la Banque de l'Algérie, le Collège de Slane et la Maison du Colon qui voyait affluer, le lundi, les agriculteurs des villages environnants.

 En 1857 on comptait trente trois minarets dont celui de la Mosquée d'El Eubad renfermant le tombeau de Sidi .

Les israélites fréquentaient plusieurs synagogues dont la Grande et récente ainsi que le Tombeau du RAB ALN?KAOUA, rabbin andalou venu à Tlemcen et vénéré comme un saint. Les grandes figures du catholicisme furent le chanoine Brevet, curé durant 53 ans, géologue à ses heures, pourvoyeur du musée et le chanoine FABREGUETTES, curé pendant un quart de siècle.

Au fil des ans, sous l'impulsion des Municipalités Valleur et Blanc, avec l'esprit d'entreprise de ses habitants, Tlemcen s'élargit au delà des remparts ;

Des faubourgs surgissent : El Kaala, Sidi-Chaker, la Pépinière, Bel Air, Pasteur

De belles allées : celles des Pins, des Marronniers, des Muriers y conduisent et au pied du Djebel Sakarathaine, nichées dans une luxuriante végétation, on découvre les Villa Rivaud et Villa Marguerite où touristes et convalescents viennent chercher le calme et la fraîcheur.

L'implantation militaire en avait fait une ville de garnison avec trois régiments avant la guerre de 39 : tirailleurs, artilleurs, spahis occupaient le Méchouar, la Caserne Bédaud et la Quartier d'Isly.

Tlemcen, l'intellectuelle, fera une grande place à la culture : n'a-t-elle pas déjà en 1850 une troupe théâtrale ! L'abbé BARGES, les frères MARCAIS, Alfred BEL, André LECOCQ en sont les historiens avec "Les Amis du Vieux Tlemcen" animés par Pierre CARDONNE, Directeur des associations agricoles et Président de l'Aéro Club et Emile JANIER, directeur de la Medersa.

 Elle a ses hebdomadaires : "L'Avenir de Tlemcen", "Le Petit Tlemcénien", "L'Ouest Oranais".

 Et la musique andalouse resurgit du passé avec les mélopées de l'orchestre du Cheik LARBI.

L'inauguration d'un grand stade, en 1937, témoignait de l'intérêt porté au sport avec des équipes comme celles de l'U.S.F.A.T., de LA FRATERNELLE ou de l'A.S.P.T.T. Tlemcen était aussi la commerçante. Autrefois Génois, Vénitiens et Catalans y venaient acheter peaux tannées, laines filées, bijoux. Ses magasins, ses boutiques, ses cafés s'étalaient autour de la Place d'Alger et de la Mairie, dans la Rue de France qui rejoignait l'esplanade du Mechouar. On s'y retrouvait le dimanche pour y "faire le boulevard", admirer l'artisanat de la Maison Ben Slimane et prendre l'apéritif ou déguster brochettes et rate farcie. Cette ville avait son charme : les touristes s'y plaisaient et venaient chercher, dans ce climat sec, la fraîcheur incomparable sous ses grands arbres ou au Jardin de la Pépinière. Juchés sur des calèches, ils visitaient les cascades d'El Ourit et la Tour de Mansourah. Leurs pas les conduisaient aux Koubbas funéraires dont celui de la Sultane ou bien au Bois sacré de Sidi Yacoub, avant d'emprunter le chemin touristique pour admirer du Plateau de Lalla Setti cette ville blottie dans la verdure de ses arbres, annonçant la plaine jusqu'à Raschgoun, avec ses oliviers bien alignés et son Col du Juif ouvrant la voie vers le Maroc. Tlemcen-Les Sources avait son Meffrouch qui alimentait cette végétation. C'était un "Paradis terrestre" un "Jardin d'Eden" comme l'avait surnommée le poète Cl.-M. ROBERT qui écrivait

"Tlemcen est toujours belle et mon cœur toujours jeune

Ici je suis heureux et n'aspire à plus rien

Ici j'aurai toujours vingt ans..."
Nous ne pouvons pas en dire autant. Hélas !

Louis ABADIE
La Tlemcenienne c/o Nicaise LOULOU
22 Rue des Calanques
66000 Perpignan.

 

Commentaires (26)

1. Alexandre BAUNAT 13/06/2016

Je suis le petit fils de Henri et Antoinette Avarguez, père de Gisele , monique (ma mère) , Geneviève et Jean Marie ( née en France )
Pouvez me contacter svp
Alexandre.baunat@orange.fr
Je serais ravi de voir les étoiles dans les yeux de ma grand mère .

2. Aviron-Violet 31/03/2014

Chers amis,

Nous ajoutons nos félicitations à toutes celles reçues par l'auteur de ce site. Nous gardons un souvenir inoubliable de cette ville où nous avons passé les premières années de notre couple (nous venons en 2013 de fêter nos 50 ans de mariage), la naissance de nos 3 premiers enfants (Pierre 65, Sophie 66, Valérie 68, avant Jean Cyriaque 72 et Cèdric 73 et 12 petits enfants de 1995 à 2013 ) et pour moi le début de ma carrière d'ingénieur du Génie Rural et de l'Hydraulique Agricole, continuée par des séjours toujours en famille, en Iran, au Maroc, au Sénégal et à Madagascar sans parler de missions en Tunisie, Mauritanie, au Mali, au Niger, Cote d'Ivoire, Burkina Faso qui m'ont permis d'apprécier partout des hommes et femmes de qualité et en particulier des croyants et croyantes défenseurs des valeurs humaines.
Jacques Aviron-Violet et Anne-Marie Bauzon

3. Guillosson 03/01/2014

Bonjour,

C'est de Los Angeles (Californie) que je découvre votre site. Je suis né à Paris et ne suis jamais allé à Tlemcen, mais j'ai passé des journées entières à écouter ma mère, Esther, et sa mère Rebecca Bendbiko, parler de Tlemcen et de tous les lieux dont vous parlez.

4. mouy christine 22/01/2013

bonjour
Je suis à la recherche de photos ,renseignements, petites histoires ,filiation ..concernant Mary Jean ,ancien maire de Tlemcen (maire de Tlemcen lors de la visite de Loubet en Algérie en 1903).Je m 'intéresse aussi à Touaty Anna (meme époque, elle avait environ 20 ans ).Mais tout cela est tellement vieux!Il est très difficile de trouver le moindre renseignement!
Merci à tous de votre aide!

5. mouy christine 22/01/2013

bonjour
Je suis à la recherche de photos ,renseignements, petites histoires ,filiation ..concernant Mary Jean ,ancien maire de Tlemcen (maire de Tlemcen lors de la visite de Loubet en Algérie en 1903).Je m 'intéresse aussi à Touaty Anna (meme époque, elle avait environ 20 ans ).Mais tout cela est tellement vieux!Il est très difficile de trouver le moindre renseignement!
Merci à tous de votre aide!

6. Bendimerad 21/08/2012

Merci pour ce cite décrivant ma ville natale où j'ai passé mon enfance à Sidi Chaker, que je n'ai jamais pu oublier?

7. idir (site web) 08/07/2012

Le mouvement intellectuel de la Renaissance, né en Italie au XIVème siècle, qui s'étendit progressivement en Europe et s'épanouissant au XVIème siècle. La Renaissance, dans le domaine littéraire, retourne au l’Antiquité et étudie les textes oubliés pendant le Moyen Age et surtout les modèles philosophiques antérieurs ah christianisme. La renaissance des arts et des lettres s’accompagne du mouvement humaniste. Ce mouvement s’oppose à la scolastique médiévale fondée sur le respect de l’autorité, une culture plus vivante qui donne une place centrale à l’individu et à ses capacités d’interprétation.



L’humanisme est une conception philosophique pour laquelle l'homme constitue la valeur suprême ou encore une fin et non un moyen, c’est aussi la méthode de formation intellectuelle basée sur les humanités. Il est marqué par le retour aux textes antiques qui servirent de modèle de vie, d'écriture et de pensée. C’est aussi une philosophie qui met l'homme et les valeurs humaines au dessus de tout. Le mot humanisme a une longue histoire étymologique : chez les romains, humanitas désigne toute chose élevant l'homme à une place à part des autres êtres vivants. Durant le Moyen Age, on parle de humaniores litterae ou lettres humaines. Elles représentent l'ensemble des connaissances profanes enseignées dans les facultés des arts, contrairement aux diviniores litterae ou lettres divines qui commentent la Bible et qui sont le support de la religion chrétienne révélée par les facultés de théologie qui vont contre la conception de l’humanité de la Renaissance.

Pour les humanistes, l'homme est placé au centre de toute question. S'appuyant sur la sagesse des auteurs antiques, ils souhaitent bâtir une société différente, désirant atteindre la perfection, que ce soit au niveau de la moralité ou des arts. Ce changement s'opère à partir des écrits anciens et non avec comme support les écritures saintes, s'opposant de ce fait à la pensée scolastique du Moyen Age. D’un autre côté, L’humanisme est à la fois une philologie : restitue les textes anciens et fait connaître les Belles-lettres, et une philosophie : prise de position sur tous les grands problèmes humains. C’est pourquoi il y aurait donc à la base une contradiction avec le dogme chrétien, même si elle est à nuancer car l’humanisme s’inscrit dans le cadre de la chrétienté, parce que c’est d’abord quelqu’un qui veut rompre avec la scolastique médiévale et qui prône un retour aux textes originaux des Anciens.

En plus du retour aux Anciens, l’humanisme affiche un optimisme certain sur l’Homme et sa capacité à tout connaître, en tous domaines. Il est attaché à la traduction des textes anciens qui représentent à ses yeux la perfection en matière de littérature et de philosophie. Il aime le beau qui est une voie directe vers le divin, et croit entre autres en la bonté et en la liberté de l’Homme, au centre de ses préoccupations.

quand j aime de plus en plus l'etre humain je ressens tout l amour que dieu me porte dans toute mon ame.
Se vouloir libre, c’est aussi vouloir les autres libres.de la part de la pensè universel.

8. idir (site web) 08/07/2012

merci pour le sita-la

9. benblal samir 15/06/2012

Tlemcen ville d'histoire

10. moussaoui 09/06/2012

salut à tous les amis de tlemcen

11. Daniel Silver 24/12/2011

Merci Wafaa! C'est bien ce que j'avais pensé...Albert Valleur était mon arrière grand-père. Mais je ne savais pas qu'on avait nommé une municipalité en son nom. Si vous avez encore d’information sur lui, je voudrais vraiment en savoir plus… Mon e-mail: danlanoy@hotmail.com Merci.

12. wafaa 20/12/2011

@ Daniel Silver:M. Valleur était le maire de Tlemcen. Il habitait à l'allée des pins.

13. Daniel Silver 25/11/2011

Salut! J'ai remarque cette site mentionne une Municipalité Valleur. Pouvez vous donner l'origine de ce nom? Merci!

14. mimiarchi91 10/10/2011

je veux intervenir pour critiquer Mr Karim qui a montrer un point très important sur le racisme rampant la majorité des tlemceniens mais on ne peux jamais négliger l’histoire d’une ville tel que Tlemcen à cause d’une population qui l’a vécu à une certaine période (juifs) oubien une population raciste qui la vécue mtn et Tlemcen était toujours la ville d’art et de l’histoire et si elle était habité par des Juifs elle était tout avant la ville des savants et du savoir et concernant l’histoire de l’ origine la majorité des tlemceniens sont d’origine Turque … je suis en cour de faire une étude de l’évolution de tissu urbain de Tlemcen passant par sont histoire peux être je vais publier plus d’information sur la ville de Tlemcen

15. karim (site web) 19/09/2011

pourquoi on donne pas vrai histoir des tlemcanien d'aujourd'hui qui occupe tout et du rasisme du (houdor) et leur origine sont des vrai juifs meme les simitier de KBASSA DES JUIFS PORTE LEURS NOM SA VRAIMANT CLAIR JE SAIT PAS POURQUOI ILS RESTE ICI ON LES ENVOIT PAS CHEZ EUX VOUS NE VOYER PAS SES FAMILLES APALESTINE COMMANT IL TRAITE LES PLESTINIEN ILS ONT MEME CARACTER . JUIF RESTE JUIF .LE BON DIEU DIT AU CORAN 5 QUE LES CRETIENS ET LES JUIFS NE SOIENT PAS HEUREUX DE VOUS SI VOUS VOUS SOYEZ COMME EUX

16. 29/03/2011

17. farid el gharbi 15/09/2010

je suis content de trouver deschoses sur tlemcen j'y suis et j'y reste...

18. BOUKRA Naima 04/06/2010

bonsoir,
j'aimerais bien obtenir des photos et anciens plans des monuments qui se trouvaient a l'interieur de el mechouar(tlemcen) avant et a l'arrivee des francais
mes remerciments.

19. L. RIPOLL 16/04/2010

En cherchant de la documentation sur la Toile, concernant TLEMCEN, j ai découvert votre site; remarquable, bien conçu et complet; je suis native de SKIKDA mais des raisons de coeur me rattachent à TLEMCEN;
Merçi encore pour tte cette documentation parfaite

20. ERRE André (site web) 08/03/2010

Bonjour a tous
ERRE André né en 1942 à TLEMCEN mon père etait chef à E.G.A.sidi-yacoub mes grands-parents avaient une maison
en bas de la tour de MANSOURAH contre les ramparts direction
TLEMCEN et MARNIA
bON VENT 0 TOUS MES COMPATRIOTES ANDRE 9M

21. lopez josee 26/11/2009

je viens de découvrir le site et suis heureuse de revoir
par photos Tlemcen ou je suis née en 1952 mes parents habitaient et tenaient le cafe de Mansourah nous sommes revenus aussi en 1962.
Merci pour tous ces souvenirs

22. belabid 07/11/2009

Bonsoir les tlemceniens moi je voudrais ecrire sur tlemcen mpulin rouge la perle enfin les anciens bl de tlemcen j etait tres jeune mais j ai beaucoup de souvenirs du coll de slane ext.. s il y des gens qui corrige mon francais ca seras formidable merci d avance

23. BENKORT Sylvie 28/07/2009

bonsoir

je souhaiterais obtenir des informations sur la famille
BENKORT qui vivait à TLEMCEN jusqu'en 1956 date de retour en france. Si quelqu'un a connu PIERRE BENKORT merci de me le faire savoir
merci d'avance

24. LE WEBMASTER 05/05/2009

Merci MARIE HELENE ..
Correction effectuée

25. ARNAULD Pierre 05/05/2009

Bravo à toutes celles et tous ceux qui ont élaboréce site.
Tlemecen, je n'y suis pas né (puisque né à Djidjelli) mais j'y ai vécu toute mon enfance jusqu'en 1962 et la nostalgie est là!
Si la famuille AVARGUEZ qui habitait les alentours de Tlemcen est connue de certains, merci de me faire parvenir les coordonnées, j'ai en mémoire des films super 8 de Tlemcen sous la neige avec nos familles Avarguez, Janier, Arnauld etc... merci d'avance

26. Marie-Helene Arnauld 04/05/2009

Bonjour,
Je voudrais juste signaler dans "La petite histoire" l'erreur dans le nom du directeur de la Medersa, il s'agit de Emile Janier et pas "janvier" comme il est écrit.
Merci de le corriger.
Le site rappelle tellement de bons souvenirs ! merci.

Ajouter un commentaire

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×