Visite presidentielle:ELWATAN

 

Article paru dans EL WATAN du 07 octobre 2008

 

Visite présidentielle

Ce que verra le président et… ce qu’il ne verra pas !

Le président de la République sera l’hôte de la wilaya de Tlemcen dès la semaine prochaine. Et nul n’a besoin d’un communiqué pour le savoir : les grands travaux de toutes sortes, effectués de jour comme de nuit, dans toutes les communes susceptibles d’être visitées, en sont l’information officieusement officielle.

Tlemcen n’a pas attendu la visite d’un quelconque responsable pour faire sa mue. En effet, depuis ces deux dernières années, la cité des Zianides a complètement changé de physionomie. La politique de développement menée par les responsables donne ses fruits. « Tlemcen est devenue une grande métropole, encore plus belle » disait, dans une récente visite, la ministre de la Culture, Khalida Toumi. Lalla Setti ou Luna park, comme l’appellera un confrère, des plateaux surplombant la ville longtemps abandonnés, est devenue un joyau touristique, une qibla pour les Tlemcéniens et les étrangers, en plus du pôle universitaire d’une architecture hallucinante, la faculté de médecine d’une splendeur incomparable, le complexe mère-enfant du CHU, l’avancée du tronçon autoroutier dont la wilaya est en avance de huit mois à l’échelle nationale (dixit le ministre Amar Ghoul), l’entrée fabuleuse de la ville ou Bab Wahran, les trémies, les dédoublements de la voie, les trottoirs nouvellement carrelés, les espaces verts, les palmiers, l’amélioration du réseau de l’eau potable, les logements dans toutes les communes avec une vision quasiment futuriste.Maghnia a eu aussi son lot de projets exceptionnels.

Essor économique

La vitrine de l’Algérie, toutes proportions gardées, n’est plus repoussante… Mieux, elle est, depuis ces derniers mois, attrayante. Difficile de ne pas reconnaître que cette wilaya de l’extrême Ouest vit un essor économique exceptionnel. Cependant, et ce n’est pas de la mauvaise intention, Abdelaziz Bouteflika ne verra pas les nids de poule de Boudghène, les routes éventrées du quartier Matemore à Maghnia, les fosses septiques existant toujours à Ghazaouet et Sebdou. Le chef de l’Etat sera privé de la saleté des cités, de l’éclairage défaillant dans les quartiers… Difficile pou un président de tout voir s’il ne va pas au-delà des rues pavoisées…



Par C. B.

 
Avis des lecteurs...

Le 7.10.2008 à 19h39
Ce que verra le président et… ce qu’il ne verra pas !

Il faut dire les choses comme il convient !

Les autorités locales ont une mentalité d’esclaves, elles roupillent à longueur d’année avec la bénédiction du Maitre mais passent à la serpilière les itinéraires choisies lors des visites officiellement inutiles !

Planter des arbres exotiques avec des fruits bien mûres, le long des routes habituellement dégarnies de toute verdure, repeindre les façades de bâtiment en l’espace d’une nuit, faire manger à un visiteur et sa clique des quintaux de méchouis quand les populaces aux alentours ne trouvent même pas un pauvre couscous... Le chef est content, le serviteur est comblé, voilà une mentalité la plus sous développée du Monde qui empêche la naissance d’une véritable Nation !

Les youyous sauvages embellissent cette ambiance de désolation et le serpent "par le peuple et pour le peuple" mord sa queue pour mettre en valeur les contours de la médiocrité !

Mohammed MADJOUR.

Le 7.10.2008 à 18h44
Ce que verra le président et… ce qu’il ne verra pas !
Politique de façade, quand tu nous tiens !

46 ans plus tard, c’est le même 33 tours. Il faut croire que cette obsession de vouloir embellir le parcours présidentiel de sa majesté, au détriment de l’essentiel, tient d’une pathologie génétique typiquement algérienne. 46 ans plus tard, Tlemcen s’est clochardisé urbanistiquement parlant. Voilà la triste vérité de cette cité trois fois millénaire.

46 ans plus tôt, Tlemcen, c’était des faubourgs tels Pasteur, Bel-air, bel-horizon, Sidi-Boumédienne, Riadh-el-Hammar et j’en passe. Des faubourgs, tantôt d’architecture coloniale, tantôt d’architecture arabo-mauresque mais cependant toujours propres, respectant le cadre urabanistique dans lequel ils ont été contruits.

46 ans plus tard, Tlemcen, c’est "filège Kounda", boudghène et Oudjlida... pour ne citer que ceux là. Des faubourgs crasseux, défiant toute règle urbanistique la plus élèmentaire soit-elle. Ceux là feront partie de ... ce qu’il ne verra pas !

46 ans plus tard, le même 33 tours tourne encore et ne s’est pas enrayé.

Pauvre Tlemcen, pauvre Algérie.


Le 7.10.2008 à 16h36
Ce que verra le président et… ce qu’il ne verra pas !

il y aurait tellement de monde dans la rue qu’il pourra rien appercevoir


Le 7.10.2008 à 07h08
Ce que verra le président et… ce qu’il ne verra pas !

Bien sur que Tlemcen a change ; On a repeint au lieu et place des proprietaires, meme les facades visibles des immeubles vendus ! Par contre, beaucoup de quartiers urbains et moins urbains sont totalement abandonnes. A titre d’exemple, la cite des roses a Imama, commune de mansourah, qui n’est pas loin des nouveaux gros equipements administratifs du chef lieu de wilaya et du nouveau pool universitaire et qui n’a vue auncune operation de grand entretien ou d’amenagement urbain depuis au moins 20 ans ! En effet, cette cite urbaine qui s’apparentait a un joyaux est dans un etat de delabrement total et honteux ! Donc le President ne va voir que ce que l’on veut lui montrer ! Il faut souhaiter, pour cette cite qu’il n’y ai pas d’inondations car ca sera une catastrophe.

 



 

Ajouter un commentaire

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×