Les portes par S.A. CHELOUFI

 

bab-el-hadid.jpg
BAB EL HADID

bab-wahran.jpg
BAB WAHRAN




Tlemcen: Les portes Sidi Boumediène et Zir à réhabiliter 
par Sid'ahmed Cheloufi

 

Bab Sidi Boumediène porte le nom du saint Soufi Sidi Boumediène El-Ghaout,

saint patron de Tlemcen.
bab-sidi-boumediene.jpg

Cette porte importante comme vestige historique a complètement disparu, les
responsables de l'APC en 1967 ayant décidé de raser la porte reconstruite par
le génie militaire français lors de l'invasion de la capitale des Zianides par les
troupes du général Bugeaud entrées par Bab El-Akba, au-dessus du tombeau
et du mausolée de Sidi Daoudi Ben Nacer.
Cette porte de Bab El-Akba, qui, d'après le chercheur Baghli Mohamed, de son
vrai nom Bab Sidi Okba, a complètement disparu malgré la présence de vieux
remparts un peu plus loin dans le vieux quartier d'Agadir (premier emplacement
de la future Tilimsan).

Si j'insiste sur l'emplacement de ces portes historiques, c'est dans le but de
préserver la mémoire du tracé géographique de la vieille médina, dont il ne reste
que deux portes debout, Bab Khemis à l'ouest, qui marque «la frontière» officielle
entre la capitale des Zianides et sa rivale Mansourah, et Bab El-Karmadine au nord,
heureusement restaurée et réhabilitée. 

Revenons à Bab Sidi Boumediène.
Les colonisateurs ont tout fait pour déprécier cette porte et son environnement
immédiat : place des charretiers, friperie, lieu de débauche, etc.
De nos jours, un jet d'eau et une double voie permettent une circulation plus aisée
pour les voitures et les bus avec leurs arrêts pour plusieurs directions, Abou Tachfine,
Chetouane...
C'est une place commerçante avec les étalages de fruits durant toute l'année et même
une poissonnerie spécialisée en merlans, espadons et crevettes, que nous ne faisons
que regarder vu les prix inabordables. 

Donc, pour ce qui concerne Sidi Boumediène Choaïb Ibn Hussein El-Andaloussi,
qui est né en 1126 à Cantillana, petit village des environs de Séville, très jeune,
il se rend à Fez au Maroc pour y apprendre la théologie.
Devenu maître, il enseigne à Baghdad, Séville, Cordoue.
Il se rend en pèlerinage à La Mecque. De retour au Maghreb, il s'arrêta à Béjaïa,
capitale des Bani-Hammad, où il enseigne le Coran.
Contesté par les théologiens de cette ville et perçu comme un illuminé, il y est persécuté.

Il part alors pour Tlemcen, appelé par le calife Yacoub El-Mansour qui avait entendu parler
de sa sainteté et de ses dons d'ascète.
Epuisé par un long voyage, Sidi Boumediène n'eut pas la force d'arriver sous les murs
de Tlemcen.
Il put seulement voir de loin le Ribat (monastère) d'El-Eubbad et murmurer avant de mourir :
«Dieu est la vérité» (Alla Houa Elhaq).
Les Tlemcéniens lui firent des obsèques imposantes et l'ensevelirent à l'endroit même dont
il avait dit :
«Quel lieu propice pour le sommeil !» 

Depuis 800 ans, son tombeau est vénéré par les musulmans de toute l'Afrique du Nord.
A l'occasion des fêtes religieuses de Aïd El-Fitr et Aïd El-Kébir, une procession de pèlerins
venus de toutes les zaouïas du Maghreb se rassemblaient à Bab Sidi Boumediène pour
partir vers le tombeau de Sidi Boumediène et s'arrêter pour se désaltérer à Aïn Ouazouta
(disparue sous le béton !) et Aïn Sidi Boushak, qui coule encore pour le bonheur des
visiteurs d'El-Eubbad, de sa belle mosquée et de sa médersa.

De Bab Sidi Boumediène, en longeant les remparts aménagés par les Français avec leurs meurtrières 200 mètres plus bas, on trouve le quartier de Bab Zir, du moins ce qu'il en reste
après l'attentat meurtrier à la bombe de 1994.
Quelle désolation pour un quartier qui avait ses hammams, ses fours banals, ses commerces,
ses artisans...
Heureusement que la petite mosquée de Bab Zir a été épargnée par miracle.
J'ai remarqué que la première cigogne de ce printemps 2009 a installé son nid en haut
du petit minaret. 

Pour en savoir plus, nous nous sommes rapprochés de M. Dib Omar, notre encyclopédie de l'histoire de Tlemcen, qui nous a donné des précisions sur Bab Zir et sa mosquée.
Ecoutons-le.
«Nous ne disposons d'aucun document nous permettant de situer avec exactitude
l'époque de la fondation de la petite mosquée de Bab Zir.
Il semble toutefois que malgré son apparence modeste, elle possède un chapiteau
ancien qui évoque ceux des vieux oratoires de Cordoue en Andalousie.
En outre, à en croire les habitants de ce quartier séculaire, ce lieu de culte, comme
du reste le Derb (impasse) qui porte le même nom, pourrait être parmi les plus anciens
de la Médina.
Nous savons que Bab Zir a gardé cette dénomination en référence à un personnage
haut en couleur qui a joué un rôle des plus importants dans tout le Maghreb à la fin
du Xe siècle après J.C.
En effet, Ziri Ben Atia prit le commandement des nomades Maghraoua en 988.
Il résidait à Fez et dès qu'il assura son pouvoir sur l'ensemble du Maghreb et de
l'Andalousie, il nomma son fils El-Moëzz Ibn-Ziri gouverneur de Tlemcen en 991-992.

A la mort de Ziri Ben Atia en 1002, son fils confia le gouvernement du Maghreb central
et de sa capitale Tlemcen à son parent Yalaa Ibn Mohamed.
De la sorte, les Béni Yalaa régnèrent sur Tlemcen jusqu'en 1080, date de l'arrivée de
Youcef Ibn Tachfine, le fondateur de la dynastie des Almoravides. 

Depuis plus de mille ans, la mosquée de Bab Zir a toujours été un lieu de savoir et
de culture.
Le grand cheikh Sidi Lahcène Aberkane (1353-1453) y a souvent donné des cours
magistraux
et des conférences à des hommes qui ont marqué l'histoire du mouvement culturel
et scientifique algerien, tels que Sid Ali Et-Talouty et son célèbre frère Cheikh Essanoussi.

Nous savons également que Hadj Mohamed Ibn M'saïb et Boumediène Bensahla ont
fait leurs études premières dans cette mosquée. 

La partie basse du quartier de Bab Zir a été sauvée par ses habitants qui ont gardé
hammam Bahlouli et plusieurs autres habitations séculaires ayant appartenu aux familles
El-Oujdi, Mazouz, Baghdadli, Tabet, Dahaoui (l'ancien chanteur des années 1950), Bouayed Abdelkrim (que Dieu ait son âme), premier chef de Fida, arrêté en 1956, et surtout le
chanteur-musicien Ahmed Mellouk, le muezzin de cette petite mosquée.
Que Dieu le guérisse (Mellouk a chanté Tlemcen yal Djawhara, avec les paroles de feu Hocine Bekhchi).

Un appel est lancé par les habitants de Bab Zir et de toute la vieille médina pour
réhabiliter ce quartier qui renferme des vestiges importants pour la connaissance
de l'histoire médiévale de la vieille médina.
Ses maisons avec patio et architecture arabo-mauresque, ses derbs, ses hammams
(hammam Benouis, hammam Aïdouni), ses mosquées, ses zaouïas, ses anciens
magasins de cheikh Bouras, le champion de la ghaïta, Hadj Baghli et Sebbane, épiciers,
et même son ancienne équipe de football des années 1980 avec Mazouz, Tahar et
d'autres joueurs chevronnés. 

Pour rappel, un concours fut lancé par l'APC de Tlemcen pour choisir le meilleur plan
de réurbanisation du vieux quartier de Bab Zir détruit en 1994.
Où est passé le projet ?
Les habitants de ce quartier attendent un geste des autorités locales pour sauver ce
quartier mémoire qui a 1.000 ans d'histoire.

 

 
  Contact et curiosités  

Bonjour,
Je suis sincèrement touché par toutes ces descriptions de personnes et de lieux qui ont fait et font encore notre mémoire commune à Tlemcen.
Très ému en lisant les textes de mon vieil et regretté ami S.A. Cheloufi qui était surveillant général à l'École Normale alors que j'étais simple surveillant après mon bac math-élem avec feu Bouabdallah.
Curiosité : qui est le proprio de ce site web.
Je suis Boufeldja ould Hassane Benabdallah (derb Hassane : four banal) de ras el bhar après el medress et sidi El Yadoune. Je vis au Canada depuis 40 ans. Tlemcen est toujours présente en moi dans mes racines et ma famille de derb hammam Bensmaïne, ma mère est de la famille Klouche (cousine germaine de feu Hamid Klouche). Beaucoup de nostalgie ...
Bravo pour votre site : simple et combien enrichissant.
Ouassalam, Boufeldja

 

 
 

 

Commentaires (2)

1. Oussama (site web) 04/06/2011

non monsieur , la porte est démoli puis reconstitué par les francais, pour donner la touche néoclassique a notre architecture unique des portes, et l'autorité algérienne aprés l'indépendance a démoli cette porte car elle n'esp authentique, et transfigure le paysage urbain

2. Bridoux 19/04/2011

Bonjour, Cher Monsieur je trouve votre site très enrichissant. Je croyais que la porte de sidi Boumediene a été détruite en 1870 par les Français?

Ajouter un commentaire

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site